Rechercher
  • Front Républicain Citoyen

Lettre de collaboration à l'AVCB

A Monsieur CONTE Abdoulaye

Président de l’association des victimes du camp Boiro


Cher Monsieur,

Le 25 Janvier prochain, votre association et ses sympathisants, comme il est de coutume, envisagent de se retrouver pour commémorer les pendaisons du 25 Janvier 1971. Permettez-moi tout d’abord au nom des membres du Front Républicain, de vous exprimer notre sincère compassion pour la perte d’un proche, l’expropriation d’un bien, etc... Vous et nous, sommes tous des descendants d’Hommes et femmes qui, à un moment crucial de l’histoire de notre peuple, ont réussi à fédérer leurs forces pour fonder cette République dont nous sommes si fiers. A ce titre, nous compatissons très sincèrement à votre douleur et vous assurons de notre soutien dans votre démarche mémorielle. Par ailleurs, le Front Républicain s’associera au noble combat de toutes les associations de victimes en vue de la manifestation de la vérité, de la réparation et du pardon.


Cependant face à un sujet aussi sensible, l’objectif premier du Front, loin d’être la culpabilisation des uns et des autres ou de toute autre supputation, reste la manifestation effective de la Vérité. Cette vertu intemporelle de l’humanité reste indispensable pour la réussite de notre action. Nous estimons donc qu’il serait judicieux d’abord d’œuvrer ensemble pour la déclassification des archives françaises concernant notre pays, pour ensuite les mettre à disposition dans le cadre d’une Conférence Nationale. L’AVCB, le Club Ahmed Sékou Touré, le Front Républicain et d’autres associations, ensemble mains dans les mains, pour une démarche collective en vue d’une intensification de notre action. La France qui annonce souvent la déclassification de ses archives sur sa participation à des actions criminelles en Afrique, serait certainement sensible à cette requête. Il est également à préciser que notre projet vise une action collective.


Nous envisageons au de-là des crimes du camp Boiro, de passer en revue tous les crimes politiques et tous les événements douloureux qu’a connus notre pays. Que ça soit l’agression portugaise du 22 Novembre 1970, que ça soit les événements de 1985, les événement de 2006 ou du janvier-février 2007… Vous comprendrez que cette date du 25 janvier 1971 que vous commémorez, n’est qu’une parmi tant d’autres qui ont endeuillé notre Nation. Vous remarquerez surtout que l’on ne peut s’inscrire dans une dynamique de justice sélective dans un pays ou la répression policière est presqu’une méthode de gouvernance, touche toutes les franges de la population. Il nous faut donc accorder une dimension collective et impartiale à notre démarche. C’est à cela que le Front Républicain, convaincu que nul Citoyen ne mérite d’être privilégié au détriment de l’autre, vous tend la main en vue d’une collaboration franche et sincère, et lance un appel de solidarité à tous les épris de Justice afin que toutes les pages obscures de notre passé soient clarifiées.


Pour réussir ce pari, celui de la refondation de la Nation, le Front Républicain a mis en priorité dans son plan d’action, l’Organisation de cette Conférence Nationale qui verra la participation de tous les pouvoirs institutionnels du Pays, la société civile, les témoins potentiels de l’histoire de la Guinée, les potentielles victimes ou héritiers… Cette conférence aura à notre entendement, une triple importance :

  • La phase initiale de cette Conférence verra la réhabilitation de toutes victimes. Identifiées, toutes les victimes seront réhabilitées dans leur dignité, dédommagées en fonction de l’injustice qu’elles auraient subies. Celles dont les biens avaient été confisqués verront leurs biens leur revenir ou à leurs ayants droits. Une journée commémorative sera organisée, et une place symbolique sera inaugurée en leur honneur. Cette action permettra de panser les plaies, d’apaiser les cœurs, et raffermir les liens de fraternité entre les fils et les filles de la République. La nouvelle Nation que nous ambitionnons, résultera impérativement d’une cohésion sociale sans faille et d’une volonté exprimée de toutes les franches de notre société.

  • La deuxième portée de cette Conférence nationale sera la découverte de la vérité dans toutes ses dimensions dans le but de réhabiliter la mémoire collective. Il est à regretter que certaines de ces péripéties continuent de faire l’objet de falsification subjective destinée à corrompre la mémoire collective et à fragiliser la colonne vertébrale de l’Unité nationale. Si certains s’inscrivent dans la négation de la douleur de nos compatriotes, d’autres par contre sont dans une démarche d’exagération de ces événements ou de récupération politique. C’est contre cette fourberie anti progressiste que s’insurge le Front Républicain car l’on ne peut prétendre être « Républicain » sans avoir au centre de ses préoccupations la défense de l’intérêt supérieur de la Nation. Tous, nous sommes unanimes avec Joseph Ki-Zerbo lorsqu’il affirme : « un peuple sans histoire, est un monde sans âme ». L’on ne peut ab subito vouloir la justice sans au préalable de la manifestation de la vérité sinon on tombe dans le biais du vice de procédure. Ce sera la meilleure occasion de faire la lumière sur tous les passages obscurs et dénaturés de notre passé partagé afin d’écrire de façon consensuelle, les pages du Passé glorieux pour un futur radieux.

  • La phase finale de ce projet vise la mise en place d’un mécanisme de protection de la Nation. Il s’agit des gardes fous juridiques et sociologiques de la prévention et de la répression de tout comportement pouvant porter atteinte aux valeurs et symboles de la Nation, de la sauvegarde de la citoyenneté Guinéenne, de la préservation des libertés individuelles et collectives, pour que plus jamais notre peuple n’ait à souffrir de telles atrocités. Nous comptons soumettre au parlement un projet de loi dénommé « loi de la protection de la Nation » qui puisse contraindre les politiques dans leurs démarches, discours et comportements, à tenir compte de la préservation du tissu social et de la dignité humaine du Guinéen.

Enfin cher Compatriote, vous êtes invités à vous associer au Front Républicain et à conjuguer avec lui, le combat à même de nous mener à un véritable consensus national. Rejoignez-nous pour réaliser cet idéal de vérité, de justice et de pardon. Merci !

Kémoko CAMARA

Porte-parole du Front Républicain

39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout